Tahiti Festival Guitare – Taÿfa – 8 & 9 mars 2013

C’est en 1992 que démarre l’expérience Taÿfa («sales mômes»). En juillet de cette année-là, le chanteur kabyle Farid Aït-Siameur, installé en Bretagne décide de créer un groupe avec ses amis bretons qui marquerait la rencontre des cultures musicales celtes et berbères. Unir les deux musiques qui indéniablement sont riches de points communs au pur niveau musical.
Le groupe prend forme avec quatre autres musiciens, Philippe Collas, José Larraceleta, Olivier Carole. L’année de leur formation, ils font quelques dates au théâtre de Bejaïa en Kabylie – Algérie (dans le cadre d’un contrat d’amitié entre la ville de Brest et Bejaïa).
Ce voyage les renforce dans leur volonté de métissage musical. Mais ce sont les textes, primordiaux chez Taÿfa et presque exclusivement signés de Farid, qui donnent un ton engagé à leur répertoire (les peuples opprimés, les intégrismes qui façonnent le monde d’aujourd’hui, etc.), tout en cultivant des musiques joyeuses signées de tous les membres. En 1994, sort leur premier album éponyme. Taÿfa participe à de nombreux festivals en Bretagne, mais leur renommée prend vite une ampleur nationale. C’est surtout à la sortie de leur deuxième CD début 98 que la qualité de leur démarche est célébrée par la critique. L’album « Awal » (« mot » ou « parole ») se veut porteur d’espoir.
Aux sons celto-berbères, le groupe insuffle une touche rock et reggae à l’ensemble de ses compositions. Outre d’incessantes tournées en Europe, le groupe a eu l’occasion de  tourner à travers le monde, porte drapeau de la world music française en compagnie de Rachid Taha et de l’Orchestre national de Barbès. Ils ont sillonnés quelques villes des États-Unis (New York, Washington et Los Angeles) en juillet 1998, en cette même année ils étaient les invités du Festival musiques d’ailleurs à Tahiti  .
Le 29 février 2000, Taÿfa sort son troisième album « Assif ». Dans la foulée, ils repartent en tournée avec un passage au Festival Chorus des Hauts-de-Seine en région parisienne. Depuis Taÿfa n’a pas cessé de travailler. Participation à plusieurs créations, dont celle de la formation de Seven Reizh pour 2 albums (Strinkadenn et Samsara) un voyage dans le rock progressif. En 2005, le Bagad Cap Caval a sollicité Farid Aït Siameur, chanteur du groupe dans le cadre d’une création Ijin qu’il réalisait pour la scène.
Cette rencontre a été déterminante dans l’évolution de la musique. En effet, Jusqu’alors, Taÿfa n’avait pas travaillé avec des grandes formations de ce type, qui plus est avec une forte dominante d’instruments traditionnels (bombardes, cornemuses, percussions…). Cette présence au coté de Taÿfa donnera au spectacle une couleur, une présence, un supplément d’âme indéniable. De cette rencontre est né un album live en 2011.
Taÿfa sera présent au 6ème Tahiti Festival Guitare avec  Farid Aït Siameur au chant, Mickaël Bourdois à la batterie, Olivier Carole à la basse,  J.C Normant au clavier,  Hervé Le Floch  à la cornemuse écossaise et Stéphane Kerhiuel  à la guitare.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *