5ème Tahiti Festival Guitare 2012 – Une très belle affiche

Tahiti Festival Guitare 2012, ce sera du 23 au 25 février 2012 à l’hôtel Méridien Tahiti. Une superbe affiche pour cette 5ème édition du festival consacré à la guitare de Tahiti.

Jeudi 23 février 2012 à 18h30
Valérie DUCHATEAU

Valérie Duchateau a grandi à Céret, petite ville du Sud de la France fortement imprégnée de culture puisque Dali, Picasso ou encore Braque y séjournèrent avant de connaître la gloire. La situation géographique de Céret, à quelques kilomètres de l ’Espagne, sera déterminante dans le choix de son instrument et c’est tout naturellement vers la guitare qu’elle se tournera. Elle n’a que neuf ans lorsque son premier professeur, Angel Iglesias l’emmène à Barcelone où elle joue sur les guitares de Paganini ou Miguel Llobet.
Elle a à peine 11 ans lorsqu’elle présentée à Alexandre Lagoya qui la prend immédiatement sous sa coupe et déclare « Valérie Duchâteau laissera son nom dans l’histoire de la guitare ».
Ainsi débutent 12 ans de collaboration avec Alexandre Lagoya qu’elle rejoint au Conservatoire National Supérieur de Paris où elle obtient un Premier Prix avant de séduire les Etats-Unis où elle obtient le premier Prix de la Fondation d’Addario. Après une longue tournée dans ce pays en compagnie de David Leisner, elle s’envole vers le Japon où elle joue avec Minoru Inagaki.
Au retour d’un de ses voyages elle rencontre Marcel Dadi avec qui elle partage de nombreuses fois la scène. Jusqu’alors uniquement guitariste classique, Valérie Duchateau découvre la country, le picking. Une fois de plus elle joue avec les plus grands, Chet Atkins, Larry Corryel ou encore Nato Lima (l’auteur du célèbre Maria Helena) et Tom Bresh, le fis de Merle Travis.
C’est d’ailleurs Tom Bresh qui, à Nashville, où elle est un peu chez elle, assure la direction de son premier Album « AMERICA », en 1995.
Parallèlement, elle publie chez Paul Beuscher une méthode de guitare classique qui illustre l’enseignement musical qu’elle a reçu au fil de toutes ses rencontres.

 En 1998, Valérie Duchateau se met à la composition et signe notamment la musique de plusieurs émissions de télévision dont « Envoyé Spécial ».
Elle retrouve ensuite son univers classique pendant deux ans, à l’Opéra de Paris, où le chef James Conlon, l’appelle à ses côtés comme guitariste soliste. Pourtant sa curiosité la conduit à relever un nouveau challenge, arranger et interpréter 12 chansons de Barbara, ce qui donne naissance à un spectacle qui triomphe dans toute la France et à un album « LA GUITARE CHANTE BARBARA », dont la distribution est assurée par Harmonia Mundi.

Parallèlement, elle continue aussi bien ses concerts classiques que ses expérience originales en présentant avec le célèbre flamenquiste Pedro Soler un duo inédit guitare classique-guitare flamenca.

Toujours aussi curieuse, elle continue son expérience dans la presse en lançant un magazine consacré à la guitare acoustique.
Cette expérience lui ouvre encore la porte d’autres styles musicaux et elle aborde (à sa manière), la musique manouche aux côtés des frères Boulou et Elios Ferré. Dernière pirouette en date, l’arrangement et l’interprétation de 11 solos inédits de Django Reinhardt, qui donne l’album « Parfum de Django », produit et dirigé par Christian Pégand, qui a longtemps veillé aux destinées de John Mac Laughlin, Biréli Lagrène…
Aujourd’hui, Valérie Duchateau est une artiste et une jeune femme accomplie qui a su trouver une voie totalement novatrice dans le domaine de la guitare classique aussi bien dans sa démarche pédagogique que dans son interprétation, ses arrangements ou ses compositions.

Tel est le fruit de son parcours et de la richesse qui en ressort. La musique elle en joue. C’est son discours, sa pensée.

Vendredi 24 et samedi 25 février à 18 h 30

Greg ZLAP

Né en 1971 à Varsovie, Greg Zlap arrive à Paris à la fin des années 80, un petit harmonica dans sa poche. A la recherche de nouveaux sons, il perfectionne son art en autodidacte et devient rapidement un musicien de studio recherché. On retrouve l’harmonica de Greg aussi bien dans la chanson française que dans le mouvement Slam, ou encore sur des musiques de film. Eternel ambassadeur de son instrument, Greg Zlap monte en 1998 une école d’harmonica à Paris. Puis, persuadé que la musique peut faire bien plus que nourrir l’âme, il crée des ateliers d’harmonica pour enfants asthmatiques dans les hôpitaux.
Greg mène parallèlement une carrière solo où il écrit, compose et interprète la musique qui l’inspire, puisant ses ressources au cœur du Blues, sans jamais oublier son âme slave. Il monte son groupe en leader et produit 5 albums sous son nom. Chanteur envoûtant au timbre clair, Greg Zlap surprend, séduit et conquit le public partout où il passe ! En 2009, Johnny Hallyday le choisit pour l’accompagner sur son Tour 66. Sur la route, entre deux chambres d’hôtel, Greg Zlap compose et se nourrit de l’énergie de la scène pour finalement enregistrer un nouvel album, “Air”, dans lequel il nous raconte ses histoires blues à couper le souffle.

Stéphane FERNANDEZ & Yacine MALEK

Stéphane FERNANDEZ : “Après mon Bac, je suis rentré à la fac de musicologie à Aix en Provence… Dans la même période j’étais guitariste dans le groupe de métal DAGOBA, et je produisais des vynils de house music avec Robert COLLADO et Jean-Baptiste BIGLIA. (Cyber, Royal Flush, Riviera…)…. A cette époque, j’ai entendu parler d’un jeune prof surpuissant qui sévissait dans la petite école Ibanez Marseille, et qui s’appelle Cyril Achard… !!! Il me faisait écouter ses démos de l’album Confusion. Il m’appris les arpèges sweepés de Gambale, les solos de Jason Becker, et Body And Soul, parce qu’il disait qu’il fallait d’abord savoir jouer du jazz…En 1999, je pars en Nouvelle-Calédonie enseigner en collèges et lycées avant d’être prof de guitare dans l’école de Michel TRABELSI, guitariste de Jazz Manouche et désormais organisateur du Gypsy Jazz Festival….. Là bas j’ai la chance de rencontrer de très bons musiciens”. Cette fois, ce sera à Tahiti…

Yacine MALEK est un jeune pianiste compositeur très talentueux et prometteur qui fort de son expérience musicale, vous fera découvrir ses compositions dans un répertoire world groove, jazz oriental qu’il met au service de ses racines Kabyle. Yacine Malek fait swinguer le sacré, et ouvre les portes de la poésie orientale et rénove la langue du jazz qu’il affectionne tant. Un piano aux horizons ouverts servi par une émotion originale, et hors du commun, il sera en duo avec Stéphane Fernandez sur la scène du Tahiti Festival Guitare 2012.

Small World Project & Solo Razaf

Lauréat 2011 du Prix Opus pour le Concert de l’année – Jazz et Musique du Monde et lauréat du Prix MMM-Étoile Galaxie de Radio-Canada 2008, l’étonnant Small World Project nous revient en force avec Less is more, un 2e opus pour le trio montréalais formé deSébastien Dufour (MG3), Patrick Graham (La Nef) et Frédéric Samson (ex-Vent du Nord). Avec son arsenal de petits instruments à cordes (ukulélé, charango, banjolélé, etc.), de mini-percussions et d’une contrebasse, le Small World Project nous livre une musique éclectique, où les idiomes afrobeat, techno-lounge, reggae, minimaliste, moyen-oriental, côtoient montunos cubains, samba brésilienne, tarentelle italienne – et même le rock de Jimi Hendrix – en faisant bon ménage.
Sur scène, le trio épate à tout coup en offrant des prestations énergiques, parfois même vertigineuses; certains critiques vont même jusqu’à comparer à Paganini ou Hendrix! Au cours des deux dernières années, le groupe a offert de nombreuses prestations mémorables, notamment au Festival de Jazz de Montréal et au New York Ukulele Festival.

Né à Montpellier en France, Solo Razafindrakoto dit SOLORAZAF a vécu son enfance à Madagascar et habite PARIS. Autodidacte, (après avoir pris quelques
leçons de guitare classique…) cette expérience de vivre une double culture au quotidien lui permet de commencer à chercher une voie personnelle basée sur les traditions rythmiques musicales de Madagascar et à les mêler aux musiques qu’il écoute au quotidien :jazz, folk, chansons, world music, etc.  SOLORAZAF « impose un univers radicalement différent, à base de tempos de Madagascar et de l’Océan Indien, enrichis de son goût pour les harmonies jazzy et le folk .» (Le Parisien, Y.  Jaeglé).

Les vidéos du Tahiti Festival Guitare 2011

Retrouvez les artistes du Tahiti Festival Guitare 2011, Jeff Magidson, Jan Vanek & Daran. Des images de la captations du festival, une coproduction Polynésie 1ère et le Collectif Tahiti Rock.

Les nouvelles de Tahiti : Ivami, guitariste aux pieds nus et aux mains d’or !

Par Nicolas Perez – Les Nouvelles de Tahiti

1280-tahiti-festival-guitare-2011-170L’édition 2011 du Tahiti Festival Guitare a couronné samedi soir la jeune guitariste Ivami Tavaitai Espoir Guitare. Le public a pu également découvrir des artistes locaux et internationaux de renom lors de cette 4ème édition.
Plus de 1500 personnes se sont données rendez-vous vendredi et samedi soir au restaurant de l’hôtel Méridien Tahiti pour assister à la 4e édition du Tahiti Festival Guitare faisant la part belle aux guitaristes chevronnés et ceux en devenir. Heitapu Chang, l’un des meilleurs guitaristes du fenua et parrain de cette nouvelle édition, a ouvert les festivités en offrant, avec deux de ses acolytes, une prestation inédite de “rock fusion”. Profitant de son expérience avec de nombreuses stars locales et internationales, il a également prodigué ses précieux conseils aux neuf jeunes en lice pour le concours Tahiti Espoir Guitare 2011. Neuf jeunes virtuoses qui, en l’espace de quelques jours, ont fait, selon eux, “d’incroyables progrès grâce aux guitaristes professionnels qui nous ont aidés à affiner nos compositions”.
[singlepic id=228 w=320 h=240 float=left]Et ce fut un réel plaisir partagé par le public qui n’a pas été avare d’applaudissements et d’encouragements à chaque passage. Mais à ce jeu-là, c’est Ivami Tavaitai qui a été la plus forte. Seule représentante féminine de ce concours, Ivami, âgée seulement de 18 ans, rentre dans l’histoire du Tahiti Espoir Guitare en devenant la seule fille à remporter ce titre depuis la création de ce challenge. Avec une aisance déconcertante, Ivami, “la guitariste aux pieds nus”, a fait preuve de beaucoup d’originalité en proposant sur une de ses compositions un florilège de techniques de jeu très abouties. Le jury, composé de deux des artistes internationaux invités pour l’occasion, l’a faite monter sur la première marche du podium. “Je suis très heureuse d’avoir gagné car j’étais très stressée de jouer devant autant de personnes. Mais grâce aux conseils de Jan Vanek, j’étais un peu plus sereine avant de monter sur scène”, confie la jeune gagnante. Ivami remporte une guitare d’une valeur de 100 000 Fcfp et un contrat de six mois avec l’hôtel Méridien qu’elle compte partager avec “deux candidats avec qui nous avons eu envie de monter un groupe.” Elle devance Reynald Chansin et Ariioehau Pastor respectivement classés deuxième et troisième. Un prix spécial offert par le guitariste américain Jeff Magidson a également été attribué au jeune Brandon Tavanae-Tavia, âgé seulement de 11 ans, qui partira étudier durant une semaine dans l’école du maître située à San Fransisco.
[singlepic id=219 w=320 h=240 float=left]Le reste de la soirée fut réservé aux artistes professionnels invités pour l’occasion. Ces artistes chevronnés de renommée mondiale n’ont pas hésité, à l’image de Jeff Magidson, compositeur de Blues, Folk et Funk en duo avec son épouse, à partager la scène avec de jeunes artistes participant au Tahiti Espoir Guitare 2010. Jan Vanek, “musicien globe trotteur”, accompagné de trois autres musiciens, a une nouvelle fois offert au public un voyage initiatique aux influences ethniques, contemporaines, free jazz et manouches. Enfin, Daran, chanteur, compositeur et interprète a fait parler son talent dans un style très rock pour clore cet événement en beauté. Vous l’aurez compris, le Tahiti Festival Guitare 2011 aura été une nouvelle fois un cru exceptionnel. Rendez-vous l’année prochaine.

Ivami Tavaitai lauréate du Tahiti Espoirs Guitare 2011

Au terme de la finale qui s’est déroulée le 26 février, le lauréat du Tahiti Espoirs Guitare 2011 est en fait une lauréate: Ivami Tavaitai. Arrivés respectivement 2ème et 3ème, Reynald et Ariioehau finissent aux places d’honneur, ils feront la première partie du prochain festival avec Ivami. Pour sa part le jeune Brandon, un espoir à encourager, gagne une semaine de stage dans l’école de guitare de Jeff Magidson à San Franciso. Merci à tous ses jeunes candidats qui n’ont pas démérité et qui seront sans nul doute les futurs guitaristes du fenua.

[slideshow id=26]

Grand succès pour le Tahiti Festival Guitare 2011

Plus de 1800 spectateurs fans de guitare se sont déplacés au Méridien Tahiti pour applaudir les artistes du Tahiti Festival Guitare 2011 qui se déroulait du 24 au 26 février. Après la soirée “classique” du jeudi, le Festival a repris ces habits habituels plus rock, plus blues cette année. Heitapu Chang a ouvert les soirées avec un programme très “rock”. A ses côtés Jean Christophe à la batterie et Paco à la basse. Le ton était donné ! Puis après les prestations des Tahiti Espoirs Guitare, ce fut le tour du bluesman Jeff Magidson qui enflamma Le Méridien. Il était accompagné de Isabelle Airault (chant, guitare, washboard), de Fariki (basse), de Mickael Bourdois (batterie), et de Michael Brossard (Lauréat du Tahiti Festival Guitare 2010). A noter la première scène de la jeune chanteuse Alexa, pour un titre.  Puis c’est Jan Vanek qui monta sur scène accompagné de Estelle Koluda (violon), Laurent Dujin (guitare) et de Laurent Sigrist (contre-bassiste). Magnifique ! Les soirées s’achevaient avec un registre “rock français” et l’excellent guitariste et chanteur Daran, accompagné de Daniel Marsala à la basse et de Jean Daniel Glorioso à la batterie.

[slideshow id=25]

Emmanuel Rossfelder & Nicolas Dautricourt, un concert magnifique

Le guitariste Emmanuel Rossfelder et le violoniste Nicolas Dautricourt ont ouvert la 4e édition du Tahiti Festival Guitare. Cette année “Musique en Polynésie” est partenaire du Tahiti Festival Guitare. La prestation des deux jeunes prodiges a fait salle comble au Méridien Tahiti. Un public enthousiaste pour cette première au Tahiti Festival Guitare. Un grand merci à Jean Louis Larrey et Musique en Polynésie.

[slideshow id=24]Extrait d’un article de Nicolas Perez paru dans les Nouvelles de Tahiti

Les artistes du Tahiti Festival Guitare 2011 sont arrivés

Les uns après les autres les artistes qui seront présents au Tahiti festival Guitare 2011 arrivent à l’aéroport de Faa’a. Ils sont accueillis à l’aéroport par l’équipe du Collectif Tahiti Rock (Léo Marais, Philippe Castel, Xavier Aubert et Marc E. Louvat) et par Jean Louis Larrey (Musique en Polynésie) partenaire de l’événement. (Images: MEL & JLL).

[slideshow id=22]

Tahiti Festival Guitare 2011: Sompteuse affiche du 24 au 26 février

Tahiti Festival Guitare 2011, ce sera du 24 au 26 février 2011 à l’hôtel Méridien Tahiti. Une superbe affiche pour cette 4ème édition du festival consacré à la guitare, toutes les guitares, de Tahiti.

24 février 2011 à 18 h 30 Salle Matisse

Emmanuel ROSSFELDER & Nicolas DAUTRICOURT

A trois ans ses parents lui offrent une petite guitare en plastique qu’il met vite au rebut, plus attiré qu’il est par la guitare « sèche » de sa mère, elle-même musicienne.
Dès l’âge de cinq ans il débute la guitare classique, instrument qu’il dira plus tard avoir choisi pour ses courbes et sa sonorité. A 14 ans, après avoir obtenu la Médaille d’or à l’unanimité avec les félicitations du jury au Conservatoire National d’Aix en Provence dans la classe de Bertrand Thomas, il devient le plus jeune guitariste jamais admis dans la classe d’Alexandre Lagoya au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Dès lors une relation privilégiée s’instaure entre le Maître et l’élève. Il voue une admiration sans borne à son professeur qui en retour lui prodigue un enseignement fondé sur une technique spécifique de la main droite qu’il avait élaboré avec Ida Presti.
En 1991 et 1992, il obtient deux premiers prix à l’unanimité au CNSM de Paris (guitare et musique de chambre)
« Emmanuel offre à la guitare une sonorité puissante, de la virtuosité, de l’émotion et une fantaisie qui font déjà de lui un grand artiste.” Alexandre LAGOYA
La presse voit alors en Emmanuel Rossfelder l’héritier du Maître Lagoya. Concertiste reconnu, il est en 1998 lauréat de la Fondation d’Entreprise Groupe Banque Populaire.
« Découverte Classica » en 2001, « Révélation Classique » par l’ADAMI en 2002, il est « Victoire de la Musique Classique » en 2004 (catégorie Révélation Soliste Instrumental de l’année). Emmanuel Rossfelder a enregistré 4 cds en solo : “Danses Latines”, “La Guitare Lyrique”, “Sueño”, “Bach…” et un DVD en live “Récital”. Ses succès et récompenses en France sont remarqués par le Japon, la Russie, le Canada, les Etats-Unis, le Brésil, qui l’invitent dès lors pour des tournées régulières.

« Prix Georges Enesco de la Sacem », et « Révélation Classique de l’ADAMI » au Midem de Cannes, Nicolas Dautricourt est sans conteste l’un des violonistes français les plus brillants et les plus attachants de sa génération.
Lauréat du Concours International Henryk Wieniawski de Poznan, du Concours International des Jeunesses Musicales de Belgrade, des Concours Internationaux Rodolfo Lipizer de Gorizia et Gian-Battista Viotti de Vercelli, également boursier de la Fondation Natexis, il se produit sur les plus grandes scènes internationales (Kennedy Center de Washington, Wigmore Hall de Londres, Tchaikovsky de Moscou, Téatro National de Bélèm, Copenhagen Concert Hall, Boston Gardner Museum, Ongakudo Hall Kanazawa, Sendai city Hall…), françaises (Salle Pleyel, Théâtre des Champs-Élysées, Cité de la Musique, Musée d’Orsay, Arsenal de Metz, Opéra du Rhin, Grand Théâtre de Provence…), et est l’invité de nombreuses manifestations artistiques (Festival de la Chaise-Dieu, Printemps des Arts de Monaco, Festival de l’Orangerie de Sceaux, Parc Floral de Vincennes, Folle Journée de Nantes, Rencontres Musicales de La Baule, Saoû chante Mozart, Flâneries musicales de Reims, Festival de Pâques de Deauville, Festival des Arcs, La Roque d’Antheron, Festival du Périgord Noir, Festival d’Auvers sur Oise, Musique à L’Empéri…).
Particulièrement apprécié pour son « engagement sensible et passionné », il affectionne tout particulièrement la musique de chambre qu’il pratique aux côtés de Yuri Bashmet, Léon Fleischer, Augustin Dumay, Gérard Caussé, Michel Dalberto, David Guerrier, Gary Hoffman, Anne Gastinel, Nicholas Angelich, Giovanni Bellucci, Dana Ciocarlie, Bertrand Chamayou, Emmanuel Rossfelder, ou encore le quatuor Psophos, le quatuor Parisii et le trio Wanderer. Son interêt marqué pour le jazz lui offre également le privilège de collaborer régulièrement avec le contrebassiste Jean-Philippe Viret, le pianiste Antoine Hervé, le guitariste Nelson Veiras, ou bien encore l’accordéoniste Richard Galliano, au sein du « Tangaria quartet » et du « Piazzolla Forever project ».
Nicolas Dautricourt a par ailleurs gravé une intégrale de la musique pour violon et piano de Karol Szymanowski pour le label Saphir Records, ainsi qu’un disque consacré au Concert pour violon, piano et quatuor à cordes d’Ernest Chausson accompagné du double concerto de Félix Mendelssohn avec l’Orchestre d’Auvergne pour le label Calliope, enregistrements unanimement reconnus par la critique et notamment récompensés par de hautes distinctions.(recommandé par Classica, 4 étoiles du Monde de la Musique, 5 diapasons…)

Vendredi 25 et Samedi 26 Février de 18h30 à Minuit sur la grande scène du Méridien Tahiti

Heitapu CHANG

Né d’un père musicien il débute très jeune au piano et ensuite avec la guitare découvre des sonorités plus modernes, le jazz et le blues.
Guitariste, compositeur, arrangeur bientôt de nombreux artistes polynésiens (Andy Tupaia, Tapuarii Laughlin, Angelo, Michel Poroi) et internationaux (Larry Graham, Chris Bennett, Jeff Lorber,
Jeff Richman, Freddy Ravel, Platters…) feront appel à son talent en studio et sur scène. On le retrouve régulièrement en concert avec les «Blues Offenders». Il proposera pour le
Tahiti Festival Guitare une prestation inédite dans un registre «Rock fusion» qu’affectionne ce guitariste polynésien de référence.

Jan VANEK

Guitariste atypique, performeur surprenant sur scène, il explore et repousse sans cesse ses propres limites et celles de l’instrument qu’il a apprit presque seul en s’isolant au milieu de la nature.
Musicien globe trotteur, il a joué sur tous les continents. Il propose un voyage musical aux influences ethniques, contemporaines, free jazz, manouche, inspiré aussi par de grands guitaristes tels de Paco
de Lucia, John McLaughlin ou Al di Meola. Il sera accompagné exceptionnellement pour le Festival de trois autres musiciens (guitare, basse et violon).
http://janvanek.org/

Jeff MAGIDSON
Né à San Francisco dans une famille de musiciens, il pratique plusieurs instruments avant d’adopter la guitare à 15 ans. Il a étudié à l’Université de Santa Barbara et de Berkeley, part
ensuite en 1983 pour une année en France où on commence à le solliciter pour jouer dans des formations blues et jazz qui le conduisent un peu partout en Europe. En 1993 il forme le
trio «John Doe» et compose dans un style Blues, Folk et Funk. Depuis 2004 il joue dans le duo «Gadjo» avec sa femme et avec le «Hot Club de San Francisco», où il dirige aussi une des meilleures écoles de musique de la Côte Ouest.
http://www.jmagmusic.com – http://www.redhouselive.com/instructors/jeff-magidson.php

DARAN
Guitariste chanteur compositeur interprète parmi les plus doués de sa génération. Révélé en 1995 par le titre «Dormir dehors», il a maintenant six albums à son actif.
Son talent de compositeur et ses influences blues rock ont séduit depuis de nombreux artistes pour lesquels il a travaillé (Johnny Hallyday, Florent Pagny, Mauranne, Sylvie Vartan, Michel Sardou). En 2008, Les Francofolies pour leurs 20 ans lui offre une carte blanche, il partage la scène avec, entre autres, MC Solar, Mauranne ou Calogero.
http://www.myspace.com/fandaran – http://fr.wikipedia.org/wiki/Daran

Tahiti Festival Guitare 2010 en photos

Le Tahiti Festival Guitare est fini, que de belles musiques, que d’artistes talentueux, jeunes espoirs, espoirs confirmés, musiciens hors pairs. Des souvenirs, de la musique plein les oreilles, ce festival fera date. Merci aux artistes, aux parrains de l’événement et aux organisateurs. Vive donc le TFG 2011 !

[slideshow id=18]

[singlepic id=186 w=640 h=360 float=center]

Photos: Nicolas Perez

Gros succès pour le 3ème Tahiti Festival Guitare

Cette année encore, la réussite a été au rendez-vous pour la troisième édition du “Tahiti festival guitare”, au Méridien Tahiti. Plus de 1600 personnes ont pris part au NRJ Guitare Club et aux deux soirées qui mettaient en concours les sept duos participant à ce festival mais également les guests stars virtuoses, invitées à cet événement, notamment Patrick Rondat ou encore Jean Félix Lalanne. Le “Collectif Tahiti rock” et tous les partenaires de cet événement peuvent être satisfaits. Selon Léo Marais, “c’est toujours un défi que de réussir un tel événement, mais lorsque la qualité est là, le public répond présent”. Et effectivement, la qualité était bien au rendez-vous, avec notamment un superbe son et des stars de qualité, généreuses, et qui se sont données sur scène. Quant au concours, la version duo est incontestablement plus scénique. À noter deux jeunes de 13 ans, Nicolas et Thomas, qui se classent deuxièmes.
Les lauréats, dont Michaël Brossard et Christian Chebret, sont loin d’être des inconnus. Une juste récompense compte tenu du talent de ces deux guitaristes experts. Ils ont gagné sur une reprise de “Midnight express”, du groupe Extreme : un morceau folk et technique. Michaël, commercial en informatique, joue depuis 16 ans, et donne des cours de guitare. Christian, de la grande famille Chebret, est connu sur la scène polynésienne, avec le groupe Yoo’m’Caycie, et vit de son art. Il sera d’ailleurs peut-être possible de retrouver ce duo lors des prestations au Méridien Tahiti. Bilan donc positif pour ce 3e festival, et ce, malgré la pluie et l’alerte tsunami…

Texte de Philippe Colignon – La Dépêche de Tahiti

Les Nouvelles de Tahiti: Christian & Michael Tahiti Espoirs Guitare 2010

Cette troisième édition du Tahiti Festival Guitare aura tenu toutes ses promesses. Les deux soirées de spectacle ont réuni dans l’assistance près de 2 000 personnes, et sur scène une brochette de guitaristes internationaux incroyables et une compétition bon enfant entre les sept duos en lice pour le titre du Tahiti Espoirs Guitare 2010. Chaque début de soirée a été animé par des artistes locaux comme le guitariste Serge Wuilmet, accompagné par Taloo du groupe Acoustic Party, les Da Road Side Boys, originaires de la commune de Mahina, et les virtuoses Michel Poroi et Anthony Doucet. Et le public se laissait à chaque fois porter doucement par ces artistes avant d’acclamer les sept duos en compétition.
Se succédant sur scène, les concurrents ont démontré toute leur musicalité, alliée à une technique parfois bluffante pour ces jeunes guitaristes, autodidactes pour certains. Après un vote massif des téléspectateurs qui ont pu les découvrir au travers de clips diffusés sur RFO Polynésie les semaines précédentes, c’est au final Christian et Michael qui ont eu les faveurs du jury composé d’artistes internationaux invités pour l’occasion. Ils partagent le podium avec Nicolas et Thomas, les benjamins de ce concours, ainsi que Tugdual et Max, respectivement deuxièmes et troisièmes.
Faisant preuve d’humilité, Christian, l’un des lauréats, a tenu à rendre hommage à ses camarades. “Je suis naturellement heureux de remporter ce concours avec Michael, mais j’avais malgré tout une préférence pour Thomas et Nicolas, car ils ont une sacrée maturité dans leur façon de jouer. Ils m’ont véritablement impressionné.” Christian et Michael voient à présent leur agenda s’enrichir de nouvelles dates de concert avec la signature d’un contrat de six mois avec l’hôtel Le Méridien. “Ce n’est pas évident de trouver des scènes sur Tahiti pour jouer, alors j’espère que ce festival et ce contrat nous permettront de nous faire connaître.”
Une problématique à laquelle les guitaristes de renom invités pour l’occasion ont sûrement dû aussi faire face à leurs débuts. Mais leur professionnalisme a su balayer ce problème, pour offrir aujourd’hui à leur public des moments uniques qui ont forgé leur réputation. Et pour ouvrir cette troisième partie tant attendue, se sont les guitaristes Jean-Félix Lalanne, frère d’un certain Francis et l’instigateur des soirées Autour de la Guitare, et Michel Haumont, virtuose du “picking”, qui se sont donné à coeur joie. Après une heure de prestation, le duo à laisser place à deux autres artistes de renom : Marc Berthoumieux et Louis Winsberg.Marc Berthoumieux est un accordéoniste qui a travaillé avec des artistes tels que Claude Nougaro, Dee Dee Bridgewater ou encore Sting, avant de former un couple musical détonnant avec Louis Winsberg, guitariste du groupe de jazz-rock Sixun. Mais celui que tout le monde attendait au vu des cris et applaudissements autour de la scène, c’était bel est bien Patrick Rondat. Véritable phénomène avec sa guitare électrique, il a l’allure des hard rockers des années 80, et a enchaîné les notes à une allure prodigieuse façon “guitare hero”. Guitariste de Jean-Michel Jarre au début des années 90, Patrick Rondat a assurément fait des heureux ce week-end avec en première ligne le Collectif Tahiti Rock, investigateur de l’événement, qui se projette déjà sur sa quatrième édition.

Nicolas Perez – Les Nouvelles de Tahiti

Tahitipresse: NRJ Guitare Club : le festival fait son off

Plus de 300 personnes se sont donné rendez-vous, jeudi soir dans les salons de l’hôtel Méridien Tahiti, afin de participer à la deuxième édition du NRJ Guitare Club. Au programme, improvisations et démonstrations d’artistes locaux et internationaux, le tout dans une ambiance décontractée. Rattaché depuis maintenant deux ans au Tahiti Festival Guitare, qui se déroulera les 26 et 27 février à l’hôtel Le Méridien Tahiti, le NRJ Guitare Club en est en quelque sorte le “festival off”. Il permet à certains passionnés de la guitare de se produire librement ou de découvrir les artistes locaux et internationaux qui animeront les deux grandes soirées dédiées à cet instrument inventé il y a plus de cinq mille ans.
Notre priorité en créant le NRJ Guitare Club, était de faire se rencontrer les artistes locaux reconnus, ou pas, avec les artistes internationaux de renom invités à l’occasion du Tahiti Festival Guitare. Ce moment intimiste permet notamment aux candidats en lice pour le concours « Tahiti Espoirs Guitare » de se frotter à un public de connaisseurs avant d’affronter la grande scène du Tahiti Festival Guitare“, indique Alice Meret, représentante de radio NRJ Polynésie, ravie de l’engouement suscité par cette deuxième édition qui aura rassemblé près de trois cents personnes.
Un savant mélange des genres qui n’aura laissé personne indifférent
Par un savant mélange des genres, et ce durant plus de deux heures, les guitaristes chevronnés ont su faire cohabiter sonorités locales et électriques grâce à leur sens de l’improvisation. Grâce aussi à leur véritable envie de partager un moment unique. Pour Valentin, l’un des compétiteurs du “Tahiti Espoir Guitare”, cette soirée est avant tout “le moyen de s’amuser entre nous en improvisant des duos sur scène et d’en prendre plein la vue, techniquement parlant, avec les artistes qui sont devenus au fil du temps des amis. C’est toujours beaucoup plus impressionnant de les voir jouer en live que sur un écran d’ordinateur au fil des vidéos placées sur internet. ce sont de grands bonshommes qui ont su faire de beaux parcours professionnels tout en gardant valeurs humaines“. Une certitude, la fusion des styles musicaux du NRJ Guitare Club n’aura laissé personne indifférent et laisse présager un succès incontestable pour cette troisième édition du Tahiti Festival Guitare qui attend, samedi soir, plus d’un millier d’aficionados.

Nicolas Perez – Tahitipresse

Dépêche de Tahiti : TAHITI FESTIVAL GUITARE 2010 Plus fort encore !

L’heure de décalaminer les oreilles est arrivée. Le guitariste “métal” Patrick Rondat et ses trois compères (bassiste, claviers, batterie) n’attendent que ça : lâcher les décibels. Ouais, mais pas n’importe comment. Patrick Rondat est un créateur, pas un illuminé, ni un obnubilé de la vitesse pour épater la galerie. Jean- Michel Jarre lui a fait confiance. C’est dire si ce guitariste est capable de maîtriser bien des registres. Nous avons rencontré ce “fêlé du manche”. Lalanne, Haumont, Winsberg… À bientôt cinquante ans (il en fait vingt de moins), Patrick reste un artiste libre. Inutile de tenter de le formater. Il est loin des clichés, bien à l’aise dans ses espadrilles (chaussure en toile, typique du sud-ouest). Rondat aime inventer et faire crier son Ibanez (luthier japonais, et non espagnol, contrairement aux idées reçues) selon son inspiration. Et c’est tant mieux. Avec lui, on sort des plan-plan habituels.
Deuxième preuve de son originalité, Ibanez a créé un modèle “signature” qui porte son nom. Oui, vous avez bien lu. Le célèbre luthier japonais a sorti une série limitée de guitares électriques avec des micros DiMarzio (avec un son plutôt vintage, proche des Gibson), un troisième micro piezo pour le son électro acoustique, le bois (caisse en acajou, table en érable) et les réglages de la guitare chouchou de Patrick Rondat. À 280 000 Fcfp (prix moyen pour une bonne électrique), les Ibanez signées Rondat ont toutes été vendues.
Ça va donc secouer fort à l’hôtel Méridien vendredi et samedi. Car il ne faut pas oublier les autres artistes. Encore des gros calibres (merci Léo Marais), tels que Jean-Félix Lalanne, une grosse pointure en picking, Michel Haumont, Louis Winsberg un guitariste phare en jazz comme avec le groupe Sixun. Louis Winsberg est accompagné d’un accordéoniste tout aussi réputé, Marc Berthoumieux avec son accordéon italien signé Castagnari. Alors, vous venez au Méridien vendredi et samedi ou vous restez devant la télé ?

La Dépêche de Tahiti – François Verprat

3ème édition du Tahiti Festival Guitare, ils sont arrivés !

[singlepic id=124 w=240 h=180 float=left]Du 25 au 27 février la guitare est à l’honneur à l’hôtel Méridien de Punaauia. En plus du concours “Tahiti espoirs guitare”, des invités de renommée internationale se produiront pour l’occasion. Cet événement a pour objectif de permettre aux amateurs de côtoyer les plus grands afin par la suite de progresser, voire épouser la carrière de guitariste.
La guitare célébrée pendant trois jours par les plus grands guitaristes, accompagnés par des graines de talent. Tel est le concept du Tahiti Festival Guitare qui, cette année, en est à sa troisième édition, toujours organisée par le collectif Tahiti Rock. En plus du très attendu concours durant lequel des duos de guitaristes locaux vont s’affronter, ce festival est l’occasion de découvrir ou redécouvrir de grands noms de la guitare.
Invités cette année les guitaristes Patrick Rondat, accompagné de son groupe, Jean Félix Lalanne, Michel Haumont et Louis Winsberg- accompagné de l’accordéoniste Marc Berthoumieux. Un éclectisme des genres qui va permettre aux candidats comme au public d’apprécier la guitare en ses différentes sonorités. “Je pense que c’est important pour ces jeunes que l’on soit présent afin de les pousser vers cette voie”, a souligné Louis Winsberg, lors de la présentation à la presse du festival, mardi.
Le festival se déroule à l’hôtel Méridien Tahiti, à Punaauia, sur la côte Ouest de l’île.
Pour Patrick Rondat, cet événement a une importance capitale pour les guitaristes en herbe mais aussi pour tous. “Ce festival est médiatisé et il offre donc de nouvelles perspectives à tous. Ça donne de nouveaux choix, tant aux joueurs qu’à ceux qui écoutent”, a-t-il expliqué. Et de rajouter que ces rencontres avec les duos de guitaristes sont aussi l’occasion pour les professionnels de se remettre en cause eux-mêmes, dans leur pratique de la guitare.

Moeata Simon (tahitipresse.pf)

[slideshow id=14]

Treize garçons, une fille, quatorze guitares pour le festival “Tahiti espoirs guitare 2010”

Ils sont quatorze guitaristes formant sept duos impatients d’apporter la preuve de leur talent. Le public les découvrira lors des diffusions de présentation sur RFO Polynésie, du 10 au 25 février.

400 VISUEL TFG BA copieCe qui permettra aux téléspectateurs de voter par SMS. Le public les retrouvera, en direct, lors de la demi-finale et de la finale qui se dérouleront au Tahiti Festival Guitare, les 26 et 27 février à l’hôtel Méridien Tahiti.
Recruter des jeunes guitaristes n’est pas tâche facile. Ils sont souvent timides, d’autant qu’ils savent que leur prestation sera diffusée sur RFO Polynésie“, indique Léo Marais, du Collectif Tahiti Rock, à l’origine de cet événement musical annuel.
Pour la troisième année consécutive, les organisateurs ont concocté une belle affiche aux couleurs de la diversité de styles et de parcours des artistes.

Bienvenue !

Bienvenue dans ce voyage musical !“, s’exclame Léo Marais aux quatorze musiciens à qui il a présenté, mercredi, les invités qui vont se joindre à cette “grand messe” 2010 de la guitare. Parmi eux, Serge Wuilmet qui fait ses armes dans plusieurs formations depuis les années 90 (ADN, Cabale, Léo Marais). Également, le groupe “Jawaiian style” avec ses reprises de Bob Marley. Une fête de la guitare sans Michel Poroi était inimaginable. En trente ans de carrière et au moins dix albums, Michel Poroi est “le” guitariste virtuose polynésien de référence. Pour le premier Tahiti Festival Guitare, en février 2008, Michel Poroi avait reformé son duo avec Daniel Benoît. Pour ce Festival 2010, il a fait appel à Anthony Doucet pour l’accompagner, candidat du premier Tahiti Espoirs Guitare en 2008.

et de métropole aussi

De métropole, sont attendus Louis Winsberg qui s’est produit dans de nombreuses formations, et a enregistré en compagnie de Mike Stern, Eddie Gomez, Minho Cinélu et Paco Sery et plus tard Nougaro, Aznavour ou Deedee Bridgewater. Son groupe “Sixsun” a produit neuf albums. Sur scène, on verra également Marc Berthoumieux qui a collaboré avec des artistes de tous horizons : Harry Belafonte, Patrick, Bruel, Bécaud, Sardou, Souchon, Johnny, et bien d’autres.

Parmi les invités aussi, Jean Félix Lalanne et Michel Haumont. Le premier a enregistré plus de vingt-trois albums. Et le second est reconnu comme l’un des meilleurs spécialistes de la guitare acoustique et du picking.
Ce volet de talents est complet avec Patrick Rondat, issu de la scène hard rock métal. Les connaisseurs polynésiens applaudiront l’un des meilleurs instrumentistes et un technicien du genre. Le festival 2010 est bel et bien ouvert.

Christian Durocher (Tahitipresse.pf)

Les dates importantes

– Jeudi 25 février : 18h00 / 20h00 NRJ Guitare Club. Show Case, démos, rencontres, dédicaces en présence des Artistes locaux et internationaux et des Tahiti Espoirs Guitare “les duos”. 21h00 – 02h00, NRJ Party “Before the Shows”.

– Vendredi 26 février : 18h00 Serge Wuilmet et Acoustic Party. 18H30, Da Road Side Boys. 19h00, Michel Poroi et Anthony Doucet. 19h30, Tahiti Espoirs Guitare “les Duos” (1/2 finale). 20h30, Louis Winsberg et Marc Berthoumieux. 21h30, Jean Félix Lalanne et Michel Haumont. 22h30, Patrick Rondat.

– Samedi 27 février : 18h00, Serge Wuilmet et Acoustic Party. 18h30, Da Road Side Boys. 19h00, Michel Poroi et Anthony Doucet. 19h30, Tahiti Espoirs Guitare “les Duos” (1/2 finale). 20h15, Louis Winsberg et Marc Berthoumieux. 21h15, Tahiti Espoirs Guitare “les Duos” (finale). 21h30, Jean Félix Lalanne et Michel Haumont. 22h25, résultats du Tahiti Espoirs Guitare 2010. 22h30, Patrick Rondat.